Thérapeutes de tout poil au chevet de nos amies les bêtes

Source : Der Spiegel (traduction : Courrier International)

Les Allemands dépensent des fortunes pour faire soigner leurs animaux de compagnie. Vétérinaires, orthopédistes… et charlatans se pressent donc nombreux aux portes de ce marché lucratif, quitte à abandonner un poste de médecin…

Wallace a bien perdu en qualité de vie. Après sept années d’insouciance, ce terrier de chasse allemand a commencé à souffrir d’arthrite rhumatoïde. A présent, il prend des analgésiques avant de partir en promenade et ne peut plus ni jouer à la balle ni courir après les renards.
Wallace est un patient de Dieter Pfaff. Avec cet orthopédiste de Rhénanie-Palatinat [au sud-ouest de l’Allemagne], tous les animaux – chien, chat, chèvre ou âne – sont remis sur pattes. Il a même posé une prothèse à une cigogne.
Avant, Dieter Pfaff soignait les humains, mais il a quitté son poste de responsable d’une clinique orthopédique il y a six ans. Ce passionné de chiens est bien plus heureux avec ses nouveaux patients, qui lui rapportent en outre plus d’argent. Ils viennent de toute l’Europe dans la paisible ville de Frankenthal où Pfaff a perfectionné les soins orthopédiques pour animaux. Ses prothèses, chariots et autres appareillages sont des pièces uniques, conçues et fabriquées par ses soins. Cela a un prix. Une prothèse coûte entre 800 et 1 000 euros.
Deux prothèses pour 760 euros
L’amour des Allemands pour leurs animaux de compagnie est bien connu. Chaque année, ils dépensent près de 5 milliards d’euros pour leurs 5 millions de chiens, 8 millions de chats et autres animaux. Les dépenses des propriétaires d’animaux ne cessent d’augmenter. Grâce aux progrès de la médecine, ces compagnons vivent de plus en plus vieux, ce qui les rend aussi plus susceptibles de souffrir de maladies. “Le chiffre d’affaires des vétérinaires est en constante augmentation”, reconnaît Martin Schneidereit, secrétaire de la fédération allemande vétérinaire.
L’année dernière, les Allemands ont dépensé près de 370 millions d’euros en médicaments pour leurs animaux. Et ce n’est rien comparé aux recettes des vétérinaires, cliniques et autres spécialistes.
Wallace est déjà passé par la clinique vétérinaire. Aujourd’hui, il est de nouveau sur la table d’un médecin, mais chez l’orthopédiste : il ne court plus sur ses pattes mais sur ses articulations. Sa maîtresse, Manuela Zobel, concentre tous ses espoirs sur les incroyables prothèses en plastique que Dieter Pfaff a réalisées à partir de moulages en plâtre. A la caisse, Manuela Zobel compte ses billets : 760 euros. “Ça les vaut bien s’il peut de nouveau s’amuser “, explique-t-elle. Il existe bien des assurances-maladie spéciales pour les chiens, mais comme la plupart de ses congénères allemands, Wallace n’est pas assuré.
Ces compagnons à quatre pattes peuvent bénéficier de tous les progrès de la médecine moderne humaine, de l’échographie à la tomographie. Leurs tumeurs peuvent être opérées, passées au rayon X ou traitées par chimiothérapie. Après une opération de la hanche, ils suivent une période de rééducation avec aquajogging. Les cliniques recommandent à leurs patients de faire des visites de suivi et leur donnent des conseils d’alimentation personnalisés. Grâce à l’acupuncture, l’incontinence n’est plus une fatalité, même pour les chiens âgés. Les animaux peuvent également bénéficier de massages après une hernie discale ou une opération de la hanche. Contrairement aux soins médicaux humains, les activités vétérinaires ne sont guère encadrées, ce qui irrite profondément Dieter Pfaff. “De plus en plus d’établissements proposent des soins orthopédiques pour les animaux alors qu’ils n’ont pas la moindre idée de ce qu’ils font”, s’indigne l’orthopédiste qui a fabriqué son premier déambulateur il y a dix-sept ans pour son propre chien. A l’époque, il n’aurait jamais cru en faire son métier. “Une bonne partie de mes patients auraient été piqués.” 

Le don d’organes, dernière barrière
Des déambulateurs plutôt que des injections mortelles, l’évolution interpelle d’ailleurs Peter Kunzmann, philosophe et théologien à l’université d’Iena pour le progrès et la déontologie dans les soins vétérinaires. Il ne porte pas de jugement sur les nombreuses dépenses que les propriétaires font par amour pour leurs compagnons. “L’animal domestique fait généralement partie de la famille”, explique-t-il. Il est en outre probable que les gens dépenseraient de toute façon leur argent dans des choses bien moins utiles que la santé de leurs animaux.
La situation devient problématique lorsque des animaux sont atteints de maladies incurables. “Beaucoup de gens se cramponnent désespérément à la vie de leur animal ; dans ce cas, le médecin doit savoir dire stop, poursuit-il. Tous les vétérinaires n’acceptent toutefois pas cette responsabilité, souligne Kunzmann. Ils vivent de la vente de traitements.”
Il reste toutefois une derrière barrière médicale : le don d’organes. En Allemagne, il est interdit de prélever un organe sur un animal sain alors que cette pratique est autorisée aux Etats-Unis. “Il arrive souvent qu’on prélève par exemple un rein sur un animal vivant en refuge à condition que le propriétaire de l’animal greffé le recueille chez lui, explique Kunzmann. C’est un échange.”

Rentrés de vacances, les animaux ont le blues

Il faut aussi rétablir des rituels pour que l’animal garde le moral une semaine environ avant la fin des vacances.   Plus de jeux, ni de balades à la mer, la campagne ou la montagne: quand sonne l’heure du retour de vacances, les bêtes ont le blues de la rentrée, comme les enfants qui retrouvent le chemin de l’école.

Aboiements, pleurs, chaussures et meubles mâchouillés, poubelle renversée, pipi sur le tapis: autant d’indices qui doivent alerter le maître sur le mal-être de son animal de compagnie.

“A chaque retour de vacances, ma chatte Katou fait ses crottes sous mon lit pendant plusieurs jours”, raconte Philippe U., propriétaire d’une siamoise.

“Nana”, la chienne de Monique G., un berger allemand, “boude sa gamelle” et “ignore sa maîtresse” quand cette dernière reprend le travail après de longues semaines passées au bord de la mer.

Pour la comportementaliste animalière Aline Aublé, “si un chien aboie à tue-tête, détruit le mobilier à son retour à la maison, après des vacances passées avec son maître, un membre de la famille ou en famille d’accueil, c’est qu’il souffre du manque de compagnie et qu’il a le blues de la rentrée”.

“Surtout ne le punissez pas ! En jouant avec les objets de son maître, le chien garde un contact avec lui”, affirme-t-elle. “En revanche, vous devez lui réapprendre la solitude pour éviter vocalises, destructions d’objets et malpropreté”.

Pour le chien comme le chat, les professionnels animaliers conseillent de mettre en place des jeux pour les occuper pendant que le maître est au travail et l’enfant à l’école.   “Je conseille de cacher des croquettes dans différentes pièces de la maison car dans la nature les chats chassent les papillons et les rongeurs une grande partie de la journée”, dit la vétérinaire Céline Moussour.

De nombreux sites animaliers proposent des jouets ludiques pour amuser les bêtes, par exemple des Jouets en fibres naturelles d’Herbe à Chat . Selon Céline Moussour, il faut aussi rétablir des rituels pour que l’animal garde le moral une semaine environ avant la fin des vacances.   “Il faut continuer de promener son chien le matin et le soir, mais avec des balades plus courtes et le nourrir à heure régulière, comme lorsqu’on travaille”, conseille-t-elle.

“Pour le chat qui revient dans sa maison avec jardin, il est impératif de l’enfermer deux ou trois jours afin qu’il retrouve son territoire et ne se sauve pas”, dit-elle.

Comme les hommes, les animaux font aussi des excès alimentaires pendant les vacances et un retour aux bonnes habitudes culinaires s’impose.   “Fini le grignotage, il faut rééquilibrer l’alimentation des chats et surtout des chiens”, s’accordent à dire les professionnels animaliers.

Mais, parfois les troubles du comportement persistent et deviennent récurrents.   “Si l’animal refuse de s’alimenter plusieurs jours et reste prostré dans sa niche, le mal est plus profond qu’un simple cafard de rentrée”, estime Céline Moussour. “Dans ce cas, une consultation chez un spécialiste du comportement s’impose!”

Source : AFP

Les protège-griffes SOFCLAWS®

protege-griffes pour chat softclaws softpaws - la solution innovante pour les propriétaires de chat en appartement

10 bonnes raisons de penser que votre chat cherche à vous assassiner

1. Votre chat exerce des pressions d’une patte puis de l’autre sur votre corps : On pourrait penser qu’il s’agit d’un signe d’affection, en réalité, votre chat teste les défaillances de vos organes internes.

2. Votre chat met ses pattes sur votre visage lorsque vous dormez : L’étouffement n’est pas une spécialité chez le chat, ses pattes sont trop petites pour couvrir à la fois votre nez et votre bouche, mais rien ne l’empêche d’essayer quand même.

3. Votre chat vous rapporte des animaux morts  : Vous n’avez jamais vu le parrain? Ce n’est pas un cadeau! c’est un avertissement…

4. Lorsque vous rentrez dans une pièce, votre chat s’enfuit ventre à terre : Quand votre chat fait ça, c’est que vous venez juste d’échapper à l’embuscade qu’il vous tendait.

5. Votre chat dort sur votre matériel électronique : Les humains disposent d’une technologie assez avancée, votre chat le sait et utilisera tous les moyens possibles pour vous empêcher de communiquer avec le monde extérieur en cas d’attaque.

6. Votre chat éjecte beaucoup de granule de sa litière : Non ce n’est pas parce qu’il n’aime pas l’odeur, c’est uniquement parce qu’il s’entraine à enterrer un corps.

7. Votre chat vous fixe pendant de longues minutes avec un regard inquisiteur : Surtout ne le quittez pas des yeux. Cela serait interprété comme un signe de faiblesse, une attaque pourrait tout à fait suivre cet aveu.

8. Votre chat se purge avec de l’herbe : Les indiens jivaros aussi font ça tous les matins, ça permet de se purifier le corps et l’esprit avant de partir à la guerre ou à la chasse.

9. Votre chat se cache dans des endroits sombres pour vous observer : Armoire, tapis, lit, tous les observatoires sont bon pour observer sa proie dans un milieu naturel.

10. Votre chat miaule constamment : Il veut tous simplement vous rendre fou pour que vous vous jetiez par la fenêtre tout seul comme un grand. Le crime parfait.

Sources : Matthew Inman

Trouvé sur le Wouaib : Un cache-anus pour chiens et chats :-)

Vous en avez assez de vous retrouver nez à nez avec le cul-cul de votre animal de compagnie à chaque démonstration d’affection ?

Alléluia !!! Il existe enfin une solution : le “Rear Gear” ou Cache-Anus en français. Vous allez enfin pouvoir cacher l’impudeur de votre animal de compagnie qui vous dérange.

On a le choix entre tout plein de modèles : étoile de shérif, smiley, sapin magique, petit coeur, danger radioactif, choux à la crème, etc. ;-)

En revanche, ils n’expliquent pas la procédure à suivre quand Sultan veut faire son popo !!!

Nous on adore la photo de la fille qui lève le pouce :-)

 

Le “CatScratching”, c’est quoi ?

Le CatsScratching, c’est quoi ?

Le CatsScratching est le nom donné par les anglophones à cette sale habitude, qu’ont la majorité des chats en appartement, et qui consiste à flinguer votre canapé, tapisserie, rideau, etc., à l’aide de leur griffes, essentiellement lorsque vous avez le dos tourné, et systématiquement alors que son griffoir(*) se situe à deux enjambées … Les plus perfides n’hésitent d’ailleurs pas à catscratcher devant vous en vous fixant de leur regard orgueilleux et hautain (« chuis chez moi, ch’fais ce que j’veux !!! Fuck ! Fuck ! Fuck ! ») … Généralement, cet acte est suivi d’une contre-réaction sous la forme d’un coup de pied au cul rageur envoyant valser, le dit animal, à quelques mètres du lieu de son délit.

(*) Griffoir – Définition :
1. Appareil qui permet aux chats de limer leurs griffes (dictionnaire).
2. Truc moche qui fout en l’air toute la déco à laquelle vous aviez consacré tant d’amour et de temps
3. Truc totalement inutile qui n’a jamais empêché votre chat d’aller faire ses griffes sur votre canapé en cuir situé à proximité du dit appareil.

Vous l’aurez compris. Ce site est dédié à ceux qui, tout comme nous, adorent leur chat mais qui considèrent comme particulièrement fâcheux cette mauvaise manie que celui-ci a de pulvériser de ses griffes tout objet du mobilier qui est cher à nos coeurs.

Mais pour cela, heureusement, il existe enfin une solution réellement efficace et sans gêne aucune pour votre animal :

Les protège-griffes SOFCLAWS®

protege-griffes pour chat softclaws softpaws - la solution innovante pour les propriétaires de chat en appartementLes protège-griffes SoftClaws sont la “deuxième” meilleure solution pour empêcher tout risque de griffures sur les canapés, les mobiliers, les tapisseries, etc.

On préfère dire la deuxième étant donné que de nombreuses personnes interrogées, apparement peu sensibles à la compagnie des chats, ont répondu que, de toutes les solutions, la meilleure demeure de loin le 357 Magnum de chez Smith&Wesson. Peu convaincant pour toute personne aimant les animaux, n’est-il pas ???

Donc, on reprend :

Les protège-griffes SoftClaws sont LA MEILLEURE ET LA PLUS EFFICACE DES SOLUTIONS pour empêcher tout risque de griffures sur les canapés, les mobiliers, les tapisseries, etc.

  • Alors, si comme nous, vous considérez votre chat comme un membre de la famille à part entière, et non pas comme le seul maître des lieux qui aurait tous les droits à la maison,
  • Si depuis des années, vous avez testé toutes les solutions proposées sur les forums (forums qui sont d’ailleurs fagocités par une bande d’irascibles talibannes) et qu’aucune de ces solutions n’a permis de résoudre cet éternel problème,
  • Si pour vous, on peut concilier le plaisir d’avoir un chat en appartement avec le plaisir d’une belle décoration,
  • Si le risque de griffures est un sérieux problème pour vous (grossesse, présence de jeunes enfants à la maison, peau fragile, hémophilie, etc.),
  • Si vous souhaitez réduire considérablement votre budget “bas et collants” qui explose tous les mois à cause des cette adorable boule de poils qui vous saute aux jambes tous les matins afin de marquer sa joie,
  • Si votre chat souffre d’eczéma ou autres problèmes dermatologiques l’entraînant à se gratter jusqu’au sang,
  • Si votre chat ne supporte pas la colerette qu’il se doit de porter suite à une opération et gratte sa plaie l’empêchant ainsi de cicatriser,

Alors ce site est fait pour vous !!!